Nouveau virage pour Fly

Un repreneur qui n'a pas peur de retrousser ses manches

Si l'oiseau jaune n'est plus présent dans le logo de Fly depuis 2012, l'enseigne peut s'enorgueillir d'avoir ressuscité comme le mythique phénix. La reprise effective depuis décembre dernier apporte de nombreux changements à tous les niveaux que les franchisés actuels et à venir accueilleront certainement de manière positive.

Une marque historique en France

Fondée en 1978, la marque Fly a toujours été synonyme de l'habitat jeune et à des prix abordables. Forte d'un concept innovant à l'époque, l'enseigne se développe à toute vitesse : elle compte 50 magasins en 1983 et, en se démarquant par l'attractivité de son catalogue, atteint les 100 unités en 1990. En 2014, le groupe Mobilier Européen créé par la famille Rapp, exploite près de 250 points de vente des enseignes Fly, Atlas et Crozatier depuis son quartier général à Kingersheim en Alsace. C'est à cette époque que le désastre frappe. En septembre, le groupe est placé en redressement judiciaire auprès du tribunal de grande instance de Mulhouse.

Une reprise avantageuse

La société NF Holding, repreneur de Fly, n'est pas composée d'étrangers. Son directeur Nicolas Finck est l'ancien directeur financier du groupe Rapp, qu'il a rejoint en 2008 après avoir servi chez Castorama et chez Micromania en tant que directeur financier international . Ses trois associés sont également des anciens du groupe : il s'agit d'Azzedine El Fezzazi, directeur des systèmes d'information, d'Eric Chapus, directeur immobilier et de Nicolas Noël, directeur des réseaux. Le siège reste en Alsace, et le groupe reprend 39 magasins ainsi que les contrats d'une écrasante majorité des franchisés (41 sur les 48 partenaires Fly).

La famille Rapp, soucieuse de voire sa marque phare perdurer, a offert au repreneur des conditions très généreuses. Le stock lui a été vendu 3 millions d'euros (soit 10 % de sa valeur) et les fonds de commerce 2 millions. NF Holding récupère pour 80 millions d'euros d'immobilier commercial, qu'il pourra vendre progressivement pour dégager les fonds nécessaires à la réalisation de ses ambitieux projets.

Les projets du « New Fly »

Si le logo restera inchangé, la stratégie de l'enseigne est entièrement revue. L'ameublement sera toujours le coeur de métier, mais la déco sera mise en valeur avec une offre renforcée. Côté expérience client, on travaillera sur tous les fronts : une offre plus large sur le site internet avec des options de livraison à domicile ou de retrait en magasin ; les magasins ne seront pas oubliés, puisqu'ils seront repensée pour attirer le trafic, avec un parcours client simplifié. Les collections seront recrées sur douze ou dix-huit mois, en axant un tiers de l'offre sur les prix et le reste sur le style. L'ambition est à la fois de se démarquer et de se faire remarquer « en apportant le design au mass-market ». Côté financier, le business plan prévoie le retour à la stabilité pour cette année (après avoir encaissé une perte de 20 millions d'euros sur 2014) et des bénéfices pour 2016.

 

Derniers articles de la rubrique